L’avant stage :

Enfin, ce fut une première à Toulouse, le premier stage de laque s’est déroulé du 27 au 31 Août à Toulouse.

J’ai éprouvé de grandes difficultés d’organisation pour le mettre sur pied et on ne peut pas dire que la ville de Toulouse m’ a beaucoup aidé. En effet, malgré une demande via des élus locaux, les responsables culturels de la mairie ont refusé de mettre à notre disposition une salle d’un des centres culturels qu’ils gèrent.

Malgré une visite et une demande personnelle auprès d’une directrice d’un des centres dans lequel j’ai été participant à un atelier de dessin peinture pendant plusieurs années et malgré une demande par e-mail à un responsable d’une maison de quartier, je n’ai pas pu obtenir une salle et pire, mes demandes sont restées sans réponse. Conscient de mes difficultés un de nos participants m’a même proposé son aide pour trouver un local.

Toulouse ne serait-elle plus une des villes les plus culturelles de France (si ce n’était pour des raisons politiques Toulouse aurait dû être la ville culturelle de France en 2012) ou avons-nous à faire à des élus qui ignorent qu’un tel stage est exceptionnel et représentait pour notre ville une chance incomparable de promouvoir cette technique ancestrale car enseignée dans la plus pure tradition par deux professeurs exceptionnels venus de loin.

C’est grâce au dévouement de la Présidente de l’Association de l’Amitié Franco-vietnamienne et à l’EDF de Toulouse que nous remercions vivement, qu’une salle a été mise à notre disposition à quelques jours seulement du début du stage.

Le stage :

Les raisons qui prévalaient à un tel stage figurent dans mon annonce à http://berthelot31.fr/un-stage-de-laque-a-toulouse/

Il a été  animé par nos deux professeurs Vietnamiens aux beaux-arts de Hué, Huy et Tuyet, excellents pédagogues faisant preuve d’une grande compétence et d’une grande humanité.

Le stage a compté 14 participants, qui, pour des raisons diverses ont souhaité aborder cette technique si particulière et méconnue chez nous.

Ont été abordées les deux techniques fondamentales et traditionnelles sur support bois déjà préparé, laque sur coquilles d’œufs (de canne de préférence) et sur feuille d’argent.

N’oublions pas que le matériel et les produits étaient fournis et compris dans le prix du stage. En particulier les pigments et la laque étaient très beaux, naturels, de grande qualité et avaient fait l’objet de recherche et d’expérimentation par nos professeurs afin de s’assurer que les participants n’aient aucun problème sanitaire (pas de toxicité) et puissent réaliser de très beaux tableaux à base de très belles et lumineuses couleurs. Quant à la laque, aile de cafard et noire, elle provenait des arbres laquiers ( Toxicodendron Succedanae ), exploités dans la Province Phu Tho du Nord Viet Nam , selon la tradition qui maintenant se perd pour des raisons économiques. Nos professeurs ont donc été les garants d’une laque de qualité.

Comme prévu tous les participants ont réalisé de manière personnelle trois tableaux, suivant leur inspiration, mais en respectant toujours la technique traditionnelle enseignée. Nos professeurs étaient très ouverts sur le plan artistique, chacun pouvait réaliser son propre sujet avec les couleurs qu’ils souhaitaient, mais ils étaient intransigeants quant à la manière de le réaliser.

Dans ce stage personnellement j’ai aimé :

  • La méthode d’enseignement,
  • Le dévouement des professeurs à l’écoute de chaque participant,
  • Son contenu et la progression des exercices,
  • La découverte de cette technique qui pour moi représente l’une des techniques temporelles par excellence (il faut être patient, laisser le temps au temps, ne pas brûler les étapes), mais aussi son côté mystérieux avec ses deux révélateurs que sont la laque et le ponçage. Quel plaisir de voir son œuvre changer (parfois de manière inattendue) et prendre de la profondeur et de la luminosité au fur et à mesure du ponçage et du laquage. N’oublions pas que La laque SON MAI en vietnamien, vient de SON = peindre et de MAI = poncer, résumant les différentes étapes de la technique.
  • L’ambiance du groupe, sa convivialité, ses différences et sa richesse sociale. Je ne pense pas trahir la pensée des participants en disant que ce stage a beaucoup plu et que chacun de nous a passé une semaine riche en relations humaines et y a trouvé un intérêt artistique incontestable dans la mise en œuvre de cette technique,
  • Le cadre dans lequel il s’est déroulé, cadre exceptionnel et se prêtant bien à ce type d’activité, superbe salle et cadre bucolique en plein air pour faciliter les étapes de ponçages à l’eau (c’était pour l’anecdote l’endroit des amoureux allant s’aimer au bord de la Garonne avant que la digue protégeant des inondation soit construite, ah les souvenirs de jeunesse Toulousaine….),
  • La qualité générale et son prix de revient, exceptionnel de mon point de vue comparé à d’autres stages plus mercantiles. Incontestablement nos professeurs et artistes n’étaient pas là pour faire du business mais pour nous faire partager leur savoir et leur passion pour cette technique, nous les en remercions vivement. Bien sûr certaines de leurs œuvres exposées étaient à la vente, chacun pouvait en acheter, mais elles étaient seulement exposées et à aucun moment ils n’y ont fait allusion ou insisté sur cet aspect.

J’ai regretté :

  • Sa rapidité, j’aurai bien aimé qu’il se prolonge encore pour profiter de sa magie,  de pouvoir approfondir encore cette technique et vivre encore d’agréables heures avec le groupe. Sachez que nos professeurs sont prêts à nous accueillir à Hué pour ceux qui souhaiteraient comme moi aller plus loin, ou encore si nous le pouvons en organisant un second stage l’an prochain,
  • Que peu de publicité ait été faite autour de ce stage (journaux locaux, annonces officielles, etc),
  • Que la Mairie de Toulouse n’ait pas saisi la chance d’avoir dans sa ville une telle occasion d’aider à la promotion de ce stage (en sera-t-il différemment dans le futur ?), alors que ce même stage a été et est depuis des années enseigné en Bretagne, à Lyon, à Cahors, et autres villes et dans de petits villages comme Vaugines dans le Luberon,
  • Que peu de visiteurs soient venus la dernière journée, jour d’inauguration, en particulier nos hébergeurs et leurs ayant droit, pour admirer les œuvres des professeurs et les nôtres,
  • Le manque de temps et de soutien pour mieux organiser le stage.

L’après stage :

Déjà des conclusions et des décisions ont été prises à l’issue du stage.

Beaucoup d’entre nous souhaitent continuer à pratiquer la laque. Pour cela certains ont décidé d’aller à Hué pour rencontrer nos professeurs dans leur atelier afin approfondir la technique sous leur contrôle. Mais également beaucoup d’entre nous ont passé commande auprès de nos professeurs pour acquérir les produits car, hormis les pigments que l’on peut acquérir en Europe, impossible de pratiquer cette technique sans des produits de qualité et d’origine tel que la laque Vietnamienne.

Concernant les pigments on peut bien sûr trouver des pigments de qualité chez certains fabricants en France mais des expérimentations seront nécessaires pour s’assurer de leur qualité et de leur compatibilité avec la laque Vietnamienne. Personnellement j’ai beaucoup apprécié les pigments en provenance du Vietnam qui ont déjà fait l’objet de recherches et d’expérimentation de la part de nos professeurs. Je souhaite également les utiliser et les expérimenter en peinture à l’huile mélangés avec de l’huile de noix et des résines expérimentales.

J’ai demandé aux participants de nous faire part de leurs futurs travaux pour en faire bénéficier chacun d’entre nous, pour partager leur expérience ce qui par ailleurs permettra  de rester en contact et de prolonger notre rencontre.

Je leur ai  également demandé de nous faire part de la manière dont ils ont vécu ce stage, leur témoignage sera consigné sous forme de  commentaires à cet article.

Mais déjà la grande majorité a souhaité renouveler cette expérience l’an prochain sur le thème de la préparation des supports, bois, métal, verre, tissu, terre cuite ou autre. Nous devrons communiquer à nos professeurs les données qui leur permettront de préparer le stage futur (type de bois, de métal, de tissus, de terre cuite) car a priori on peut faire de la laque sur tout type de support.

La date proposée serait le 15 Septembre 2013, sous réserve bien entendu qu’un local soit disponible. Si nous dépassions le nombre maximum de 15 participants alors une semaine supplémentaire de stage pourrait être envisagée. Je suis tout a fait favorable pour renouveler une telle expérience humaine et culturelle sous réserve encore une fois d’un hébergement possible.

Je voudrais en profiter pour remercier nos professeurs et tous nos participants pour l’accueil qu’ils ont réservé à ce stage, pour leur convivialité qui nous a permis de passer une semaine riche culturellement et en relations humaines, et que dire des repas pris en commun, des excellents desserts de Josiane, et des excellents vins de Rivesaltes de nos producteurs Élisabeth et René son époux….Que de joyeux moments passés ensembles….

Jacques Soulé

Voici quelques photos:

Le site, nos professeurs et le groupe de participants:

A l’écoute des professeurs:Le ponçage indispensable: Le repas de fin de stage:Les œuvres des participants (trois œuvres devaient être réalisées durant le stage):Les œuvres des professeurs:  voir leurs œuvres en cliquant sur le lien

Compte rendu du stage de laque

5 pesnées sur “Compte rendu du stage de laque

  • 21 septembre 2012 à 19 h 37 min
    Permalien

    Elizabeth et rené nous écrivent :
    Le stage de laque nous a vraiment enthousiasmé René et moi-même .
    C’était une première approche mais d’une grande intensité .

    Nous avons été encadré par un couple très complémentaire d’artiste et  » grands maîtres  »
    Ils nous ont transmis leur passion de cet art ancestral avec beaucoup de dignité et de simplicité .
    Nous leur en témoignons un grand respect .

    Cette discipline nous a imposé la maîtrise du geste et une grande patience dans l’élaboration de nos modestes créations .
    Chaque étape nous faisait découvrir un aspect nouveau de notre travail .
    D’autres stages seront nécessaires pour nous permettre de progresser .

    Et puis , l’ensemble des personnes du groupe apporta une ambiance très sympathique et stimulante à notre apprentissage dans le cadre spacieux et agréable que tu nous avais trouvé .

    A très bientôt de se retrouver pour un prochain  » Saqué  » stage !

  • 24 septembre 2012 à 22 h 29 min
    Permalien

    Michèle nous écrit:
    Quand j’ai appris que Jacques Soulé organisait un stage de laque à Toulouse avec 2 professeurs d’art de Hué, mon cœur n’a fait qu’un bond.
    Depuis que je suis jeune, je porte le rêve d’apprendre cet art et cette technique (j’avais raté une belle occasion avec un professionnel vietnamien ami de ma famille et j’ai toujours porté ce regret en moi).
    De plus, il est difficile en France d’avoir accès à cette pratique artistique.
    Et j’ai donc fait ce stage avec un plaisir décuplé….
    Nous avons eu des professeurs très pédagogues, ils dévoilaient leurs savoirs avec une éthique et une générosité rares….
    Ils étaient très présents pour expliquer, montrer….au groupe entier aussi bien que pour nous répondre individuellement car ils étaient très attentifs et respectueux du niveau et du rythme de chacun.
    Nous avons ainsi été initiés à la technique de la laque dans la pure tradition vietnamienne.
    Tous les matériaux utilisés venaient directement du Vietnam. La laque est une matière fascinante….
    Cinq jour intenses en découvertes, en pratique et en chaleur humaine, car il faut bien le dire, cela compte aussi énormément.
    Le seul bémol a été la fin du stage : je n’ai qu’une hâte, c’est de m’y remettre, et je ne suis pas la seule….
    Merci à Jacques pour avoir organisé ce stage, merci à Huy et Tuyet et à vous tous aussi les participants.
    Ce stage riche à tous les niveaux est vraiment à recommander.

  • 25 septembre 2012 à 9 h 49 min
    Permalien

    Béatrice nous écrit:
    Dans un cadre très agréable et loin du bruit, nous avons à loisir travaillé dans le calme et la bonne humeur. Les débuts ont été périlleux, me rendant compte dès la première heure, que j étais la seule à ne pas avoir fait les Beaux-Arts ou des cours de dessin ou encore que je n avais fait aucun stage, ni de poterie, ni de gravure sur verre, ni de peinture sur porcelaine ou céramique… bref, rien de rien.

    Les cours ont été ponctués de rires mais dans le même temps cela demandait beaucoup d attention, de concentration et de précision. Nos professeurs Tuyet et Huy ont eu une patience mise à toute épreuve. Pédagogues surprenants, faisant en sorte que quelque soit notre « niveau artistique » nous soyons tous à notre aise. Répétant inlassablement les choses et nous convainquant que tout était possible. Grand merci à eux ! Personnes de surcroît surprenantes de générosité et de simplicité.

    L endroit était propice à ce que nous puissions déjeuner ensemble et ce furent des beaux moments, plus intimistes, plus à même de mieux nous connaître, j en ai été pour ma part ravie. J aime m’ en souvenir en prenant un petit verre de Banyuls avec un carré de chocolat noir…

    Jacques fut un hôte bienveillant ! Il est venu m’ accueillir à la gare, puis m’ a invitée chez lui à deux reprises. Venant me chercher certains matins à l’ hôtel pour m’ y reconduire le soir. Merci à toi et à Annick.

    Note de Jacques: Béatrice a très bien surmonté son handicap des beaux-arts et ceci a démontré que tout le monde peut aborder cette technique sans être un expert en dessin, ce qui compte c’est de respecter la technique de la laque.

  • 23 octobre 2012 à 16 h 45 min
    Permalien

    Jean-Pierre nous écrit:
    JE VOULAIS TRÈS SINCÈREMENT TE REMERCIER POUR CETTE SEMAINE PRIVILÉGIÉE QUE NOUS AVONS VÉCU AVEC MES DEUX AMIS.
    DANS UNE AMBIANCE CHALEUREUSE, JE N’OSE DIRE « FRATERNELLE »!, CE STAGE FÛT RÉUSSI À TOUS POINT DE VUE.
    TECHNIQUEMENT: UN PROFESSEUR FORMIDABLE QUI NOUS A FAIT CROIRE QUE NOUS ÉTIONS DES SPÉCIALISTES À VOIR LE RÉSULTAT DE NOS OEUVRES PAS SI RATÉES QUE ÇA! …JE CROIS QUE LE NIVEAU ÉTAIT TRÈS BON.
    QUELLE BELLE ENTENTE ENTRE STAGIAIRES POUR S’ENCOURAGER, SE STIMULER…BREF TOUT ÇA ÉTAIT TRÈS RÉUSSI, ET NOUS SOMMES PARTANTS POUR UN DEUXIÈME STAGE L’ANNÉE PROCHAINE.
    CORDIALEMENT À TOI

  • 2 décembre 2012 à 23 h 49 min
    Permalien

    Petra nous écrit:
    Habitant Paris, j’ai participé au stage de laque à Toulouse après une année de recherche des possibilités d’apprentissage de cette technique et vraiment j’avais trouvé la perle rare du métier, deux professeurs dévoués à leurs arts et absolument à l’écoute de chacun d’ entre nous. Avec une grande transparence, ils nous ont appris les techniques de la laque tel que, de père en fils, ils se transmettent dans le secret de l’atelier. Rapidement nous avons manié la technique sublime avec nos propres idées et nous avons pu partir chacun d’entre nous avec les réalisations bien différentes et propres à l’inspiration du chacun. Cette technique intemporelle demeure absolument moderne telle que nous l’avons apprise et il est possible de l’adapter à toute sorte de supports. Pour ma parte je travaille pour la haute couture ainsi, pour la décoration, cette technique fait merveille à la plus grande joie de mes clients. Je reste très reconnaissante à Monsieur Jacques Soulé qui a eu la générosité d’organiser ce stage et dont la plus profonde bonté a su profiter à chaque participant.

Laisser un commentaire